un_week-end_tranquille_pas_si_sur.png

Un week-end tranquille... Pas si sûr !

Jules, 47 ans est  er de s’a cher au bras de sa jeune épouse, Caroline, 26 ans. Mais, se sentant délaissée, il entame une liaison avec une femme de dix ans son ainée, Geneviève. Un week-end où Caroline était censée partir dans sa famille, voilà les trois protagonistes qui se retrouvent.

Geneviève est alors présentée comme une tante éloignée de Jules… S’ensuit des quiproquos à haute voltige. Le tout rythmé par Emmanuel, l’homme à tout faire portugais perdu dans tout ce méli-mélo.

Un salon donnant accès à toutes les pièces de la maison comme seul décor suffira pour que le tourbillon de la vie fonctionne. Les portes claquent, les plombs des ampoules sautent et les nerfs de chacun sont mis à rude épreuve. La musique, très présente, arrive par à un claquement de doigt.

« La pièce étant encore toute récente, nous expérimentons encore de nouvelles choses » précise, à la fin du spectacle Alil Vardar, metteur en scène et comédien. D’ailleurs, les acteurs sont parfois pris de fous rires. Et comment ne pas rire avec eux lorsque Emmanuel se retrouve à danser sur le mythique « Boogie Wonderland » de Earth Wind & Fire perché sur des Louboutin. Passer les portes de la Grande Comédie, c’est, à coup sûr, se muscler les zygomatiques.

Heloïse Batlle

Pin It

Dernières vidéos