Sonia Bénéteau : « le plaisir d’utiliser notre belle langue française »

soniaJe me suis installée à Paris en Septembre 2015 pour poursuivre certains projets. Mais n’ayant pas supporté de vivre à Paris avec toutes les contraintes que cela comporte pour une provinciale, je suis très vite repartie à Aix-en-Provence fin décembre 2015. Durant ce « séjour » parisien, j’ai eu un déclic : me former au métier de journaliste (j’avais 27 ans). La reprise d’étude s’est donc imposée. J’ai alors recherché les écoles de journalisme réputées et permettant de suivre les cours à distance car j’avais besoin de continuer à travailler.  J’ai pris contact avec l’ESJ qui démarrait une nouvelle session EAD dès janvier 2016.

 

 J’avais bénéficié d’une première expérience en tant que chroniqueuse pour la télévision quelques mois auparavant. Finalement, l’émission pour des raisons internes à l’organisation de la chaîne, n’avait pas été diffusée. Mais à travers cette expérience, j’ai compris que j’étais une communicante et qu’il fallait que je professionnalise cet aspect de ma personnalité.  J’avais également la sensation d’être plus légitime pour certains postes en obtenant un diplôme. Je me suis orientée vers la presse écrite pour apprendre les bases (qui sont semblables à tous les médias). Cette école était également une évidence par rapport à ma passion pour l’écriture. Mais aussi par rapport à ma curiosité pour tout, mon envie d’informer les autres, l’envie aussi d’enquêter et le plaisir d’utiliser notre belle langue française. J’ai ainsi beaucoup apprécié les cours d’expression française. J’aime les mots et l’écriture est une passion ; sans aucun doute je prenais un réel plaisir à m’y attarder. Les cours d’histoire avec l’approche géopolitique m’intéressaient aussi énormément. Curieusement, le marketing n’était pas vraiment pas mon dada. Pourtant aujourd’hui, c’est une grosse part du poste que j’occupe. 

 Il y a eu un vrai tournant dans la poursuite de mes études lorsque j’ai démarré les stages. J’ai commencé la formation par 4 mois, uniquement de cours. Mes notes étaient correctes mais je manquais clairement de terrain. Lorsque j’ai intégré une rédaction, on peut dire que c’était une vraie transformation. L’exercice quotidien me permettait d’acquérir de vrais automatismes et la réalité du terrain m’a permis d’ajuster certaines techniques. Les travaux que je rendais à mes professeurs avaient pris une autre ampleur et mes notes étaient bien supérieures. Débuter dès que possible les stages est très bénéfique ! 

 Les avantages de l’enseignement à distance sont multiples : tout d’abord les professeurs font preuve de rigueur et transmettent des documents très complets. Contrairement à un cours en présentiel où la prise de note « à la volée » est souvent privilégiée ; en EAD chaque phrase est posée dans un contexte bien particulier où le sujet est abordé en profondeur, en détail. Chose qui ne doit pas toujours exister, par manque de temps par exemple, en présentiel. Il ne faut pas oublier que les professeurs sont entièrement à notre disposition pour répondre à toutes nos questions. J’ai beaucoup apprécié les retours des travaux notés. Il y avait toujours des analyses très pertinentes et constructives qui permettaient d’évoluer. L’EAD offre également la liberté d’organiser son temps (je pense aux personnes qui travaillent, qui sont parents...), la possibilité d’échanger autant que besoin par mail avec les professeurs, de pouvoir conserver les nombreux supports de cours reçus par mail (que je consulte encore aujourd’hui quand j’ai un doute !)

 Je pense que la régularité et l’envie sont deux facteurs importants dans la réussite de ce cursus. La procrastination ne fait pas bon ménage, à son sens, avec les cours à distance. Sans motivation, l’apprentissage est plus difficile. Les camarades de classe ne sont pas là pour vous booster les jours de coup de blues. Il est donc impératif de s’astreindre à travailler régulièrement et de ne pas perdre de vue l’objectif final.

 Aujourd’hui je suis chargée de communication pour un établissement de formation. Mes tâches sont très polyvalentes : réalisation et montage de vidéos, interviews, rédaction d’articles, participation à des opérations commerciales (salons, forum), beaucoup de relationnel, je participe à l’image de l’entreprise avant tout. Les cours de marketing, que j’aurais aimé délaisser un peu en 2016, ont donc aujourd’hui beaucoup d’importance !

 Avec un peu de recul je me pose aujourd’hui la question suivante : « pourquoi n’ai-je pas fait cela plus tôt ? »

Pin It

Dernières vidéos