• Accueil
  • EAD
  • Nos témoignages
  • Aurora Karameti, professeure à l’ESJ EAD : « l’enseignant bénéficie d’un contact individuel avec les élèves »

Aurora Karameti, professeure à l’ESJ EAD : « l’enseignant bénéficie d’un contact individuel avec les élèves »

auroraJ’enseigne à l’ESJ depuis 2014, j’y dispense des cours sur les organisations internationales, l’actualité internationale et la sécurité du journaliste. Mes spécialités sont l’information-communication, la géopolitique, le journalisme télé et la méthodologie de recherche.

 En tant qu’enseignante, je souhaite faire avancer les connaissances de mes élèves, leur pensée critique et leur esprit d’initiative pour explorer de nouvelles pistes de pensée, de style et de méthode. Je veux également leur faciliter la vie à travers mon travail pour pouvoir avoir demain des journalistes vigilants. 

L’enseignement à distance me permet de me libérer des contraintes horaires : pas besoin de prendre les transports en commun pour se déplacer, pas de risque de perdre un cours en cas de retard, de grèves ou de pandémie… L’EAD m’offre également la possibilité communiquer beaucoup plus avec les étudiants que dans l’enseignement conventionnel : l’enseignant bénéficie d’un contact individuel avec les élèves. 

Dans ce cursus, l’étudiant a la chance d’avoir de pouvoir communiquer avec l’enseignant en exclusivité, quand il veut. En d’autres termes, après avoir distribué le cours à tous les étudiants, le professeur est disponible pour répondre à chaque question de chaque étudiant, chaque jour, ce qui n’est pas le cas avec l’enseignement traditionnel où une fois le cours terminé, l’étudiant doit attendre des jours s’il veut contacter le professeur. Il lui faut par exemple se déplacer ou prendre un rendez-vous… 

L’ESJ EAD offre donc une large palette d’avantages. L’étudiant reste chez lui et suit ses cours sans devoir perdre du temps pour se déplacer. Il choisit le rythme qui lui convient. Les professeurs sont plus disponibles car la communication en continu fait partie de leur mode de travail, et finalement l’étudiant peut faire d’autres activités en même temps que ses études, comme par exemple travailler pendant la journée, s’occuper de ses enfants ou suivre une autre formation... Les temps que nous traversons nous montrent les avantages de cette méthode d’enseignement. Nous avons vu récemment que même les enfants ont dû suivre l’école à distance. 

Le journalisme n’est pas une profession de masse. Tout le monde ne peut pas devenir journaliste professionnel. Il faut du talent pour distinguer le bien du mal, le juste de l’injuste, le beau du laid et il faut aussi du talent pour pouvoir s’exprimer sur des faits de manière claire et précise. Mais le talent ne suffit pas. Il faut aimer la vie, la démocratie et la liberté et il faut avoir le courage de défendre ces thèmes à travers l’outil puissant qu’est le journalisme professionnel. Ainsi, l’étudiant doit faire preuve d’honnêteté, de respect pour le travail et de rigueur. 

Pendant le confinement dû à la pandémie du Covid-19, nous avons pris connaissance de l’excellent travail des équipes des soignants dans les hôpitaux grâce à l’engagement de nos collègues journalistes qui ont continué à travailler pour nous informer. Que croire s’ils n'étaient pas là en ces temps de crise ? 

EAD de l’ESJ à l’ère du confinement COVID19

La contrainte du confinement a fait se tourner toutes les écoles et les universités vers l’EAD. Google class room, Slack, Zoom...n’importe quel logiciel est utile pour que les élèves puissent continuer à travailler, de la maison, même en temps de guerre, voire de confinement. C’est dans ce moment de l’histoire de l’éducation, à l‘échelle nationale et globale, que mes collègues ont fait connaissance des bénéfices de l’EAD mais aussi des difficultés de son application dans les premiers temps. Les élèves et les étudiants, aussi. 

Les défis de l’ère de COVID19 je les ai dépassées depuis longtemps et le télé travail imposé n’était pas du tout une chose nouvelle pour moi. Le confinement, pour des raisons sanitaires, n’a presque pas du tout eu de l’impact sur mon travail. J’ai continué à travailler depuis chez moi, comme je l’ai toujours fait. J’ai envoyé mes cours aux étudiants, j’ai échangé avec eux sur différentes questions qu’ils me posent comme toujours, j’ai reçu leurs devoirs et j’ai rendu leurs notes. 

La seule adaptation nécessaire que j’ai faite à cause du confinement total était la nature des exercices pratiques. J’ai évité les exercices demandant une enquête de terrain et j’ai privilégié les enquêtes qui pouvaient être faites sur internet afin que les étudiants n’aient pas besoin de sortir de chez eux.  Finalement, je pense qu’après cette crise sanitaire, les États doivent revoir trop de choses sur leurs politiques. Pas seulement sur la souveraineté économique et sanitaire des pays, mais aussi à propos des solutions pratiques de l’enseignement comme l’EAD. Le COVID19 nous a montré que l’EAD doit faire partie des établissements d’enseignement pour que les élève et étudiants puissent choisir la meilleure méthode d’enseignement adaptée selon leurs besoins et leurs conditions de vie. Certain pays doivent revoir au plus vite leur législation pour permettre aux institutions d’enseignement intégrer l’EAD dans leurs curricula et développer des programmes entiers en EAD. Après cette épidémie du COVID19, le monde doit réfléchir et agir. 

Biographie 

Aurora KARAMETI (née Ndrio) est Docteur de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 en Sciences de l’Information et de la Communication (2005-2011). Elle est Professeure associée et enseigne depuis 2012 à l’Université d’Etat de Tetovo (Macédoine). Après avoir été longtemps journaliste, elle enseigne à l’Université de l’Europe du Sud-est depuis  2003. Parallèlement à sa carrière d'enseignante, elle a continué à se former auprès des universités de renommée internationale dans les domaines de l’Info-Com.,  comme à Journalism School, University of Missouri aux Etats-Unis (2018), à l'Indiana University, formation en “Méthodologie, langue et technologie de l’enseignement” (2004-2006), a Florida State University dans le cadre du Programme JFDP comme enseignante visiteur (janvier-mai 2006), Indiana-Perdue University (2004), etc. Elle est l'auteur de deux livres sur les médias, le journalisme et la géopolitique. Enfin, Aurora Karameti a publié plusieurs articles scientifiques parus dans des revues scientifiques. Ancienne journaliste et présentatrice du journal télé, elle a travaillé pour plusieurs medias comme Télévision Publique Albanaise TVSH, le Groupe Médiatique Koha Jonë, la Télévision nationale TVA, la Télévision transnationale Alsat à Tirana, en Albanie. Pendant cette période, elle a couvert l'actualité dans les Balkans : la guerre du Kosovo (pour l’agence de presse hollandaise Press Now) et le conflit ethnique armée en Macédoine qui à l’époque a attiré l’attention des média du monde entier (pour TVA). Sa carrière est marquée par une activité continue dans les média avec des articles parus dans des quotidiens de référence en Macédoine comme Koha e Re, Fokus, Lajm et Koha.

 

Pin It

Dernières vidéos